Un business model pérenne ?

Le business model des sociétés éditrices d’advergames, que l’on nomme maintenant par glissement sémantique « applications », est-il aussi rentable que certains le prétendent ? Zynga, côté au NASDAQ depuis décembre 2011, voit le cours de son action stagné, si ce n’est reculé. Pour les investisseurs le business model recèle un problème majeur, trop peu de joueurs sont prêts à sortir la carte de crédit. Selon Macquarie Equities Research, seuls 2,2 % des joueurs de jeux Zynga payent. Cela représente 3,4 millions de comptes qui dépensent 280 dollars par an sur 150 millions d’inscrits. Il faut ainsi rappeler que la monétarisation des applications passe à 85% par la vente d’items qui permettent d’avancer plus vite dans l’aventure et à 15% par la publicité faites dans le jeu par des annonceurs partenaires. Les éditeurs se trouvent donc face à un écueil de taille : comment faire pour que l’utilisateur mette la main au portefeuille alors que l’application est disponible gratuitement ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s